mercredi 20 mai 2015

Riptide

J'étais trop occupé à tourner et retourner la tablette entre mes mains pour voir venir le coup. Une gifle magistrale a cinglé ma joue, le genre de claque qu'on ne voit qu'au cinéma, j'ai fait un pas en arrière sans m'en rendre compte.
Je n'ai pas su de suite quoi faire, abasourdi, sonné et surtout vexé. Alors j'ai choisi de fermer les yeux, de serrer les dents au point de les entendre grincer et j'ai fait un effort mental de folie pour ne pas lui démonter la tête ou l'envoyer valdinguer contre le mur... Ma joue me cuisait et pulsait, je l'imaginais rougir. Je me suis concentré sur les minutes qui avaient précédées ce chaos, histoire de donner un sens à l'instant et je me suis vu.

Je gueulais comme un débile. Je gueulais sans m'arrêter, balançant des mots les uns après les autres, dans un ordre incompréhensible, c'était même pas des phrases. Je jurais sans discontinuer, j'étais vulgaire et con. Je brandissais la tablette dont l'écran était joliment étoilé depuis qu'elle avait oublié qu'elle ne savait pas léviter et avait quitté le petit bord de l'évier où elle était censée tenir en équilibre.
L'idée m'envoya un flash de colère brève que j'ai su contenir derrière mes paupières closes.
Le flot d'insanités prononcé un peu plus tôt tournoyait dans mes méninges et tout à coup a surgi très distinctement et très clairement le détonateur final : " mais tu es vraiment une pauvre conne"...

Et blam, sa main a atterri sur ma joue façon volet qui claque au vent.

J'ai ouvert les yeux et desserré les dents.
Elle se tenait la main, un peu comme si elle voulait la dévisser.
Elle avait la bouche entrouverte et le visage ravagé par les larmes.
J'ai balancé la tablette.
Je suis tombé à ses pieds.
Je ne sais pas trop quoi faire quand je me prends en pleine face une leçon d'humilité.